L'actu RESCOLL - Réalisations Rescoll

Article des Echos : « Valorem dégivre les éoliennes grâce à la SRC RESCOLL »

Rescoll'Blog / 29 juin 2015

IcyWindSpécialiste des projets éoliens, le groupe Valorem était confronté à la paralysie de certaines de ses turbines en cas de givre. La solution est le fruit d’une recherche en partenariat avec Rescoll, une SRC (Société de recherche sous contrat).

Serge Gracia, le directeur industriel du groupe Valorem (150 personnes, 40 millions d’euros de chiffre d'affaires) a un grand ennemi : le givre. Son entreprise construit et exploite depuis plus de 20 ans des parcs d’éoliennes.

Mais chaque hiver, le froid et l’humidité peuvent mettre hors fonction certaines des turbines, par exemple dans le Massif Central, et ce pendant 15 à 21 jours en cumulé. « Par définition, ces interruptions interviennent lorsque le besoin d'électricité est le plus élevé », souligne Serge Gracia. Le problème est prégnant aux États Unis, au Canada, en Europe du nord… sans qu'une véritable solution n'ait été trouvée jusque-là. « En Finlande, les exploitants pulvérisent parfois des glycols avec des nettoyeurs haute pression », La solution, Serge Gracia la pressent lorsqu'en 2010, il rencontre José Alcorta, gérant de Rescoll, dans le cadre du Cluster éolien aquitain tout juste créé. Rescoll (80 personnes, 7,5 millions d'euros de chiffre d'affaires) est une Société de recherche sous contrat spécialisée dans la recherche sur les matériaux. Cette SRC est née en 2001 du service de transfert de technologie de l'Université de Bordeaux, repris par son personnel. L’entreprise s'est intéressée aux développements du Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) sur les polymères conducteurs. « Le CEA avait développé cette technologie pour concevoir des encres fonctionnant comme des circuits imprimés, nous l'avons reprise, d'abord en achetant des licences.

 

Puis en acquérant leurs trois brevets pour la chaleur qu'induit cette conductivité du matériau », explique José Alcorta.

L’idée était simple apparemment. Puisque ces polymères conducteurs chauffent, pourquoi ne pas les utiliser dans la peinture des éoliennes et ainsi chauffer les pales en cas de givre ? De l'idée au produit commercialisable, il aura toutefois fallu cinq bonnes années. Valorem, Rescoll et une troisième société, Plastéol, filiale de Plastinov, spécialisée dans les matériaux composites, s'associent dans une étude de faisabilité. « Et avant de s'atteler aux recherches, il a fallu connaître précisément le problème. C'est une étape indispensable dans tout projet », insiste Serge Gracia. L'équipe a donc réalisé des tests en soufflerie pour caractériser le type de givre qu'il s'agissait de combattre. Les développements n'ont pas toujours été simples. « Il convient de toujours garder en tête ses exigences », souligne Serge Gracia.

Trois personnes à temps plein, et une petite dizaine indirectement, travaillent au développement. « L'important, dans ce type de collaboration, est la complémentarité des acteurs », reprend Serge Gracia. Rescoll travaille sur la composition des peintures, Plasteol sur la façon de les appliquer et Valorem sur toute la partie contrôle-commande du système. L’une des difficultés consiste notamment à détecter la présence de givre et à lancer le dégivrage à la puissance appropriée. Voire, lorsque la station météo est évoluée, à préchauffer les pâles avant que le givre ne s'installe.

La propriété industrielle a respecté ce partage des tâches. Rescoll a déposé trois nouveaux brevets sur les polymères conducteurs qui pourront s'appliquer à d'autres secteurs comme l'aéronautique. Tandis que les trois brevets pris par Valorem concernaient, pour l'un, les applications de cette technologie aux éoliennes, et, pour les deux autres, la partie électronique du procédé. Depuis l'an dernier, le projet Ice and Wind voit la peinture testée grandeur réelle sur une éolienne à Arfons, près de Toulouse (31). La solution est déjà au catalogue du groupe Valorem pour ses projets de parcs éoliens.

Mais les trois partenaires n’excluent pas de lancer la commercialisation du produit seul, sans doute via une filiale commune.

Pour télécharger l’article des Echos : Valorem dégivre les éoliennes grâce à une SRC – Industrie – Services – Les Echos

* http://www.lesechos.fr/thema/021154713379-valorem-degivre-les-eoliennes-grace-a-une-src-1132166.php

 

Catégories

Archives